La France vue de Chine

Tags: none

Désolé mes amis de vous l’apprendre ou le confirmer mais vue de Chine, la France ne représente pas grand chose, c’est le moins qu’on puisse dire…

Bien sûr, chaque Français ayant à un moment ou un autre fait un saut en Chine aura eu la délicieuse impression d’appartenir à un grand pays, bénéficiant d’une image favorable à l’autre bout du monde. Et ce n’est d’ailleurs pas totalement faux. Pas une rencontre sans qu’après qu’on vous ait demandé d’où vous venez (ce qui est systématique), on ne vous réponde : "Ah ! La France ? Comme c’est romantique…" Rares sont ceux qui savent en dire plus (et même définir ce qu’ils entendent par le vague terme de ‘romantique’). En revanche parmi ceux-ci, on vous citera immédiatement dans la foulée les noms de Chirac et Raffarin. Mine de rien, les rares personnalités étrangères à s’intéresser de près à la culture chinoise (en fait asiatique)… et surtout à être venus soutenir les chinois il y a quelques années en pleine crise du SRAS, ce que les plus informés n’ont visiblement pas oublié.

Au-delà de ces quelques exceptions, pour le chinois de la rue, la France est un pays… Romantique. Il faut au moins une majuscule pour retranscrire l’emphase avec laquelle le terme est prononcé ici. Je ne saurais dire ce que romantique veut dire franchement pour le chinois commun, mais ce qui est sûr est que la France ne semble avoir aucune véritable identité ici… tout en jouissant d’une (relative) image positive : pays des droits de l’homme ? Seul un français saurait se définir ainsi (et par défaut, un américain trouverait ceci -à juste titre- tout à fait discutable).  Pour les chinois, la France c’est avant tout la Tour Eiffel, c’est-à-dire un ersatz datant du XIXe siècle de l’Oriental Pearl Tower, directement inspirée de ladite tour, au point que cette inspiration soit totalement affirmée, asumée et même revendiquée (cf. exposition durant 6 mois en 2005 au pied de l’oriental pearl tower de photos de la tour Eiffel, ou encore les photos à l’intérieur de celle-ci encore aujourd’hui, pour ne pas mentionner les tour Eiffel en vente à l’intérieur en tant que souvenir, aux côtés de répliques miniatures de la tour de TV shanghaienne). 
Les Français et Françaises sont aussi des gens bizarres, même s’ils témoignent d’un véritable art de vivre. (Je ne vous cache pas que les serveurs des restaurants tremblent à l’idée de nous faire gouter le vin… et ils ont d’ailleurs bien raison, même si le Great Wall 1994 défie facilement nos bons Bordeaux, mais c’est une autre histoire). Pour eux, les Français sont des gens assez feignants, plutôt lents à la détente et pas toujours très fiables tant ils sont capables de discuter des détails sans faire avancer le schmilblick (là-dessus, de nombreux pays seront d’accord, et pas seulement la Chine)…

Seulement les Français ont… le Luxe.

Qu’est-ce que le Luxe ? Sans développer un cours de Marketing, on pourra considérer grossièrement que c’est cette intangible plus-value résidant dans l’image qu’elle procure au porteur de l’objet. Cette image n’a pas de prix, car elle assure à son consommateur tous les droits. Toujours est-il que pour un chinois "moyen", la France aujourd’hui c’est Dior et Vuitton… et 60 millions de feignasses. Et croyez-moi, ce n’est pas si facile à entendre lorsque vous êtes ici et qu’n assimile par défaut plutôt aux seconds qu’aux premiers…

Sans rentrer dans la polémique, il est vrai que face aux 11.2% de croissance de la Chine prévus pour cette année, le maigre 1.75% français (que Sarkozy l’accepte ou non) fait mauvaise figure…

Une petite anecdote finira par vous achever, si besoin était : Lorsque j’ai tenté de me faire valoir ici en tant que dirco relativement successfull puisque j’étais en train d’assurer à ma boîte un 14.2% de croissance (soit presque 10 fois la croissance nationale, mine de rien), on m’a limite rit au nez. Ici, la performance pourtant admirable de l’équipe de winners que j’ai l’immense chance de piloter ne représente plus rien, si ce n’est au mieux une équipe qui se satisfait de la moyenne nationale… Ce genre d’anecdote a le mérite primo de vous remettre à votre place [et ça, ça ne me fait jamais de mal :-], secundo de vous faire comprendre que la France, et au-delà l’Europe, qu’ils mettent naturellement dans le même bateau,(1) n’existe plus sur la scène mondiale, et qu’il y a un problème structurel et d’image que notre seule industrie du luxe ne saura longtemps compenser…

(1) Ceci est probablement à pondérer (ne serait-ce que parce que tout ce que j’écris est par définition basé sur une expérience subjective et limitée !). Un exemple est que la presse financière mentionne encore ici le FTSE et le DAX alors que le CAC semble ne jamais avoir existé… Ce n’est donc pas seulement que la Chine tourne le dos à l’Europe (même s’il est vrai qu’elle n’a d’yeux que pour l’Amérique du Nord), mais qu’elle tourne aussi en particulier le dos à la France, si ce n’est en tant que récipiendaire des bonnes manières ou vecteur d’un humanisme au charme désuet. Un peu comme si vu de chez nous l’Autriche se résumait à Zweig, Freud et quelques cafés luxueux où il fait bon danser avec ce qu’il reste de l’aristocratie viennoise…

Faire une réponse